En route pour Central Park via la 5th Avenue. Balade plutôt sympa sous le froid, le vent, mais le soleil. Les boutiques de luxe défilent, on passe devant la fameuse Donald Trump Tower et on arrive dans à un croisement de rues à taille humaine. Difficile de s'imaginer qu'il suffise de faire un demi tour sur soi meme pour passer d'un parc de taille humaine aux building géants de la métropole... On s'engage dans le parc pour longer The Pond et passer par le Gapstow Bridge... ce fameux petit pont qui apparait dans "Maman j'ai encore raté l'avion". Vue sur le Plaza Hotel, qui semblait différent dans mes souvenirs... rien d'extra-ordinaire finalement. Un parc, dans un décor d'hiver, avec l'eau qui gèle sur les bords de la mare et les arbres dépuillés qui frissonnent dans le vent glacial... Rencontre avec un écureuil et les typiques dog-sitters qui promènent 10 chiens à la fois, et retour dans notre bon vieux métro, au "presque" chaud.

Grosse galère pour prendre le bon train.. on se retrouve à Brooklyn sans avoir compris ce qui se passait. Retour en catastrophe en taxi pour notre rendez-vous au Tweedcourthouse, afin de rencontrer notre guide pour le Brooklyn and Dumbo walk.

Une guide sympa, qui habite Brooklyn, et nous donne pas mal d'infos sur l'histoire du pont de Brooklyn. On le traverse à pied, puis elle nous emmène dans le quartier de DUMBO, là où l'on a ces fameuses vues sur la Skyline et sur le Manhattan Bridge. Petit pause chocolat chez un vrai chocolatier, qui vend des chocolats chauds brûlants et gluants... de quoi te tenir au ventre pour la journée.

Après quelques photos rapides devant la skyline de jour, retour dans Manhattan, pour faire les marchés de Noel de Bryant Park et de Grand Central Terminal. Sur VF, on m'avait conseillé de faire celui de Bryant Park, "plus typique que celui de la gare"... Et quelle surprise ! Des guitounes en métal vert et plexiglass, peu ou pas décorées, dans lesquelles on entre comme dans des mini-boutiques, pour acheter tout et n'importe quoi qui se vendrait aux Galeries Lafayette, mais certainement ce que l'on s'attendrait à acheter dans un mignon "petit" marché de Noel, un 24 décembre à Strasbourg (par exemple). Le choc des cultures fut rude pour mon moral... Moi qui esperais tant un joli décor de noel... la déception en fût d'autant plus grande ! Nous avons donc survolé les différents marchands de tout et n'importe quoi, avant de passer un bon moment dans la Public Library, dont le bâtiment est sublime. J'aurais bien aimé voir la fameuse cheminée qui me semblait si gigantesque dans "le jour d'après", mais j'aurai du me contenter de la rue qui fait face à l'entrée principale, et par laquelle on voit l'énorme tsunami arriver...

On repart en direction de Grand Central Terminal, dont le nom me fait tant rêver... Ceux qui ont lu "La Nuit du Renard" comprendront... Je m'attends a une salle immense et majestueuse, avec des voies infinies couvertes de verrières... La réalité est un peu différente. La salle est effectivement immense et majestueuse, et le simple fait de lever les yeux au plafond donne le vertige. Mais les voies sont à l'étage inférieur, cachées derrière des portes en pierre sculptées magnifiquement. Les voies en elles-mêmes ont en revanche aussi banales que des voies de métro. Très étrange également, tous ces petits café/snack du rez-de-chaussé, et ce grand restaurant style taverne alsacienne... Quand on y pense, c'est logique d'avoir des points de restauration dans un lieu public aussi gigantesque, mais la manière dont tout est disposé est vraiment surprenante. Nous effectuons un petit tour du marché d enoel, et effectivement, c'est ni plus ni moins que des stands dignes de la FIM de Metz, Hall "arts du monde pour bobo chics et branchés"... Boucles d'oreilles, montres, foulards, rien de bien extraordinaire si ce n'est leur prix exhorbitant... Passons notre chemin, et allons enfin voir cette expo sur les petits trains...Puisqu'aant de partir, j'étais tombée sur cette super info : Holiday Fair Train exhibit. Trop classe, j'adorerais voir des petits trains dans un décor de maquette. Sauf que voilà, une fois sur place, on a vite l'impression de se trouver à la Réunion. Aucune indication nulle part, aucune référence à ce train exhibit dont on voit pourtant la publicité jusque dans les rames de métro... La rage... On tourne donc dans tous les sens, pour ne rien trouver. Et malgré cette perte de temps il est encore bien trop tôt pour pouvoir assister au spectale de  lumières sur la facade du bâtiment. Du coup on repart, encore un peu plus dépités d'heure en heure. Puisqu'on a tant de temps devant nous, on en profite pour faire le tour du Chrysler Building, dont la "visite" était prévue le lendemain...

Au moment même où j'écris ce message, je vais taper "Chrysler Building" dans Google et vérifier si oui ou non j'ai eu raison d'être surprise, une fois de plus... Bon bin évidemment je ne trouve plus rien.. toujours est il que je suis persuadée d'avoir lu qu'il fallait en faire le tour pour voir les 4 portes différentes de ce bâtiment. Alors on a pas eu de chance, car la facade était couverte par un échaffaudage, mais malgré ca, en passant par le hall central et ressortant à chaque porte, elles sont bel et bien toutes identiques, ou alors j'ai vraiment perdu totalement ce qui me reste de vue... Du coup, après les déception des marchés de noel qui nen sont pas, encore une déception sur ces portes différentes qui ne le sont pas. Oui le lobby est sympa... oui ok... mais bon, ca reste un lobby, et à la limite ce qu'on verra au Rockfeller ou à l'Empire est bien plus sympa... D'autant que lorsqu'on est au pied du Chrylser, on ne peut absolument pas l'admirer. Enfin bon, cette histoire reste à vérifier, car ca me semble très étrange !

Retour à notre hôtel, où pour le coup nous avons énromement de temps pour nous reposer et pour nous préparer avant le repas de noel à l'Aureole.

Ce resto on l'a trouvé un peu par hasard, après avoir cherché un peu partout un resto chic, proche de l'hôtel, et qui avait encore des tables dispos pour le 24 au soir... Situé à 5-10 min à pied de l'hôtel, c'était vraiment idéal, d'autant plus qu'il s'est mis à naiger et que je n'avais ni veste imperméable, ni parapluie... On prend nos manteaux, et on nous fait traverser une grande salle, un peu `comme une cantine, un peu comme à la Cour de Justice à Luxembourg... Ok la comparaison ne va pas en aider beaucoup, disons que c'est vaste et lumineux, mais un peu froid et trop "fonctionnel et aligné" pour un resto prétendu "chic". On arrive alors dans une seconde pièce, beucoup plus chaleureuse et joliment décorée, avec banquette tout du long pour ces dames, et petites tables pour 2 à peu près prtout, a l'exception de quelques tables de 4 ou 6 personnes. L'ambiance y est déjà meilleure, et chacun est sur son 31. Onn'avait pas vraiment regardé avant de partir ce qu'on pourrait choisir, et finalement on se décide sur un menu de 3 plats pour 90$/personne, hors vin.

On commence par un petit amuse gueule,  une crème de quelque chose avec une cuillère de caviar... qui était absolument délicieux. D'ailleurs c'était bien la première fois que je mangeais du caviar ! Comme "Ca-Miaule" n'y tient pas vraiment, à tous ces oeufs d'poissons, j'ai même eu droit à sa cuillère ! Miam !

Arrivent ensuite nos entrées :

JAPANESE HAMACHI SASHIMI & TARTARE: AVOCADO, RADISH SALAD, SOY MISO GELEE pour moi et
YELLOWFIN TUNA SASHIMI : GREEN APPLE, GRAPEFRUIT, TOBIKO pour Sam.
Si mon entrée était très bonne, celle de Sam était absolument fabuleuse.

Par contre, on reste un peu sur notre faim, nous qui avions fait fi de notre repas de midi-15h histoire d'avoir un peu les crocs pour le resto...
Mais après ca on nous apporte un "entre-deux", et là j'avoue ne pas du tout me souvenir de quoi il s'agissait.. une petite soupe peut être, ou une cuillère de quelque chose... enfin, c'était très bon, c'est sûr.

Viennent enfin nos plats :

ROASTED FREE RANGE CHICKEN : CELERIAC, BARLEY, PINE NUTS, TARRAGON pour ma part et
NEW ZEALAND VENISON LOIN : SWEET POTATO, SOUR CHERRIES, SALSIFY, BLACK TRUMPET MUSHROOMS, VENISON JUS pour Sam.

Et là, patatra, perte d'appétit total après l'amuse gueule, l'entrée, et l'entre deux. J'arrive difficilement à finir mon assiette, alors que c'est très bon...
Je me demande si j'aurai la place pour le dessert, c'est lors qu'apparait le "pré-dessert", un truc de fou, sucré, je ne me souviens plus, et je laisse le soin à Sam de le manger pour moi...

Le dessert enfin :

CHOCOLATE CHESTNUT VELOUTÉ : CANDIED CHESTNUT, CINNAMON STREUSEL, CRANBERRY pour moi, un plat absolument magnifique, et
MANGO AND COCONUT VACHERIN  : ROASTED PINEAPPLE, YUZU MERINGUE, CITRUS DACQUOISE pour Sam, dont le goût de la noix de coco (ou d ela mangue je ne sais plus) était malheureusement trop peu présent.

Je n'arrive évidemment pas à terminer cette assiette creuse remplie de chocolat,  je commence à avoir mal au ventre de "trop plein", et je me dis que le café va aider à tasser tout ca, lorsque malheur... ils apportent des douceurs pour aller avec le café !!! 6 petites bouchées sucrées absolument adorables visuellement, mais dont aucune n'a pu entrer dans mon estomac !

Et puis, en fin de repas, le très gentil serveur m'a apporté un petit sachet contenant deux parts de gateaux, style 4/4, un chocolat, un nature, absolument délicieux aussi (mais ceux là je les ai mangé plus tard !)

On a payé nos verres de vin en plus, ainsi que 20% de pourboire, je n'sais pas vraiment pour combien on en a eu, mais honnêtement, je pense que l'Auréole est le meilleur restaurant dans lequel j'ai jamais mangé jusqu'à maintenant, rapport qualité prix, tant au niveau du goût, que de la beauté des plats et finalement de la quantité servie. Car si les assiettes sont dignes des gastro de notre pays, le nombre de plats servis in fine est tout autre. Pour 90$, vous n'auriez pas grand chose chez nous !

L'Auréole fait donc partie de l'un de mes meilleurs souvenirs de New-York... c'est dire, car pour qu'un resto fasse partie d'un bon souvenir... il m'en faut beaucoup !

Alors on rentre, dans le froid et sous la neige, moi complètement achevée par la fatigue et la digestion.. Joyeux Noel !!